Vous êtes ici : Accueil Les Comptes-Rendus

Les comptes-rendus

Envoyez-nous vos comptes-rendus de course, nous les publierons ici!

TRIATHLON VERSAILLES 2016 vu par Speedy

 

J'aime bien ce triathlon car je peux y aller à vélo depuis la maison. Du coup j'y vais une première fois pour rien à midi car les puces ne sont pas prêtes, je ne peux pas avoir mon dossard.
10 bornes pour rien, on n'est pas à ça près.
Je repars une deuxième fois à 14:30 sachant que ça va être un peu tendu, et pour arranger le tout, les premières gouttes commencent à tomber.
J'arrive sur place pour voir les copains — déjà à leur emplacement dans le parc — en train de mettre leurs combinaisons et la pluie qui se précise.
Petit stress qui monte.
Je récupère mon dossard, prépare ma ceinture pour passer le contrôle et remonte le parc à vélo pendant que tous les pingouins en sortent.
Re stress.
Arrivé presque seul à mon emplacement, je découvre le plaisir d'enfiler la combinaison sous la pluie. Ça colle et c'est hyper galère. Comme quoi il y a des trucs qui s'enfilent bien mieux à sec.
J'arrive à temps pour le briefing, on écoute les menaces de chute et de crevaison puis on rentre dans l'eau pour se préparer à en découdre.

Avec ma côte douloureuse, j’avais tenté la semaine précédente une tactique stupide : partir tranquille derrière. Mal m’en a pris, je revenais sans cesse sur des nageurs trop lents qui m’envoyaient leurs jambes de brasse dans les côtes ! Cette semaine je vais tenter tout le contraire : la pôle position. Gonflé le Speedy ! Je me place bien mais l’attente est longue, je me refroidis et finis par me faire surprendre par le coup de pistolet. Quel touriste ! La demi seconde que je perds à retrouver le bouton du Garmin me coûte assez cher, je me retrouve avec un peloton de nageurs survitaminés qui me passe sur le corps. Je bats mon record de coups dans la gueule et de tasses bues et fête ainsi par un bizutage auto-administré mon entrée dans la catégorie des vieux V3 qui doivent y réfléchir à deux fois avant de se mettre au milieu des séniors testostéronés.

J’ai bien du mal à reprendre mon souffle, mon calme et mon rythme. J’arrive au bout des 800 m bien entamé, me doutant que Benjamin et Xavier sont devant (le chrono confirmera que Benjamin m’a pris 1 min 35 s et Xavier 22 s, les coquins).

La transition est une fois de plus bien moyenne. Heureusement, les courageux du club sont là pour m’encourager et me mettre la pression. J’ai oublié de préparer les chaussures vélo, les scratchs des fermetures velcro ne sont pas défaits. J’ai également oublié de sortir le chausse-pied. Tout est trempé et j’ai froid aux doigts, j’arrive à peine à boucler la sangle du casque.

Je pars sur les routes de la montée de Satory qui charrient des hectolitres d’eau de pluie et je commence à doubler tous les malheureux qui chaussent mal. Qu’on se le dise : ici, il vaut mieux démarrer chaussures aux pieds. On est toujours dans la flotte, pas trop de différence avec le parcours natation. Ah si : on a un vélo entre les jambes, le parcours n’est pas plat et il y a beaucoup plus de vent. Je suis extrêmement prudent car je veux faire un zéro-chute et un zéro-crevaison. Je ne tarde pas à voir Xavier sur le bord de la route avec ce qui ressemble à un pneu crevé. Damned. Sur une course aussi courte et rapide, ça sent le cramé pour Flam. Je continue d’appuyer très fort sur les cuisses pour faire honneur au maillot (je n’ose pas trop dire que je mouille le maillot, vu la météo…) avec deux ou trois compagnons de route qui m’aident à braver le fort vent dans la gueule, on rattrape le grupetto de Benjamin. Je sais maintenant qu’il crèvera lui aussi peu de temps après, décidément… (quand je pense qu’il a réparé et terminé la course, le tout avec un pied entaillé, chapeau bas !).

Ma prudence dans les passages délicats me fait perdre mes collègues et je continue à donner le maximum, seul sur la totalité du deuxième tour. Je ne me fais pas rattraper par les pelotons suivants, ce qui est plutôt pas mal, mais me coûte beaucoup d’énergie. Retour prudent au bercail pour une deuxième transition un poil plus normal, mais je suis transi.

Je me lance dans la forêt marécageuse pour le parcours à pied qui sera un grand moment boueux. Dès les premiers virages, ça se bouscule, ça glisse, ça panique. Je double plusieurs concurrents et me lance à fond dans une belle descente glissante. Arrivé en bas, mes cuisses décident de me lâcher comme une grosse merde au moment d’encaisser la charge la plus importante. Ma chute est aussi vertigineuse que celle des températures, je me tape un roulé-boueux sur l’épaule droite. Ça pique un peu, mais je ne vois pas de sang alors c’est reparti comme une bête traquée. Je donne ce que je peux sur ce terrain où les appuis sont incertains et les flaques parfois très profondes. On en a vraiment partout, les athlètes cherchent à droite et à gauche des passages plus solides, sur l’herbe, ou les cailloux, mais rien n’y fait : c’est mauvais partout. J’ai des jambes en bois. Dans ces conditions, on est content que l’épreuve soit courte et pas loin de la maison.

J’en termine en 1 h 23 min 42 s soit environ 8 min de plus que les bonnes années et on ne fait pas de vieux os au buffet de débriefing de l’arrivée.

Merci tout plein à Cécile, au Husse et à Claudius, à la famille Pottier, à Pascal, à Yann, etc., tous ceux qui étaient là pour nous soutenir dans ces moments épiques.

Je rapporte chez moi 3 kg de boue sableuse qui s’est glissée partout et qui est assez difficile à éliminer. Je mets une bonne heure à me réchauffer, dont une bonne partie sous la douche. J’ai très mal aux mollets et aux cuisses, preuve que j’ai vraiment tapé dedans. J’ai finalement de belles griffures sur l’épaule droite, comme si une fille avait été très contente d’être dans mes bras, heureusement que vous êtes quelques uns à pouvoir attester de mon emploi du temps de cet après-midi néanmoins mémorable. Et une fois calmé, je me rends compte que dans la chute, je me suis fait mal à une côte, mais cette fois-ci, à droite ! Ça tombe bien, ça commence à aller mieux à gauche.

Bon ben maintenant… il n’y a plus qu’à aller à Vendôme pour faire 4 fois ça !

 

Cette année nous étions plus d'une vingtaine à participer au Triathlon du roi à Versailles et

parmis nous se trouvait Christophe dont voici son compte rendu pour son premier triathlon

Bonjour à tous,

Je crois comprendre que la tradition veut qu'on fasse un CR sur son premier Tri, je m'y soumets bien volontiers.

Et vu que je ne poste que très raremant sur cette adresse, je me suis laissé aller à un truc un peu long (je n'en voudrai pas à ceux qui ne liront pas !).

Bon, on y va, ci-dessous ...

Quand on a ça dans un coin de la tête depuis longtemps, il faut s’y mettre un jour ...

Pour moi c'était le 25 mai 2014, c'était le Triathlon du Roi à Versailles, c'était mon premier Tri !

Depuis les années 80 et des mecs comme Mark Allen qui révélaient au grand public qu'on pouvait être un IronMan sur la Promenade des Anglais, je m'étais dit que je m'y collerais un jour: je savais encore nager après quelques années de compet. et deux saisons de water polo, j'avais le cuissot sollide et le cardio vaillant grâce au rugby, enfin je m'y voyais bien quoi ... Mais les années ont passé, sans triathlon, sans vélo, sans natation, avec le minimum de jogging et de fonte pour rester à peu près fit dans un cadre professionnel qui laisse peu de temps et une vision épicurienne de la vie qui n’épargne pas la physiologie …

Et va savoir, quand tu passes 50 piges, t'as les vieux démons qui se rappellent à toi… Et l'idée du triathlon est revenue me toquer dans un coin du carafon, pas très affirmée mais avec un brin de défiance:

- "cap. ou pas cap, tu tentes ou tu tentes pas ?"

- "OK, je tente, mais je commence petit ... j'apprends à faire du vélo, je réapprends à nager, et j'essaye de courir un peu plus vite et plus longtemps, après on verra si je fais un petit Tri ..."

- "va voir le Vélizy Triathlon, ils sont costauds mais cool et bon esprit, ils devraient même pouvoir accepter un mec comme toi"

Et vu que c'est vrai qu'ils sont costauds mais cool et bon esprit, j'y suis allé au Vélizy Triathlon, c'était en septembre 2012. Première saison sans épreuve, avec les tendons qui grincent, le temps suffisant qu'on ne trouve pas pour l'entrainement, la motivation qui va qui vient ... Enfin si, une épreuve, le "par équipe de Bondoufle", mais transformée en Duathlon et crevaison/abandon après deux bornes de vélo (c'était pas moi, je vais assez lentement pour réussir à éviter les clous sur la route ;-) ) ...

Et puis saison 2013-14: quelques sorties vélos qui me permettent dorénavant de doubler les VTT sur la route (enfin sauf si c'est Claude dessus !), des séances "piscines" où on ne me confond plus avec les vieilles de l'aquagym (respect à elles bien sûr !), des courses à pied avec Achille qui me lâche les tendons, good, ready for Triathlon !!!

Alors c'est parti pour le S du Roi. On est plein de Vélizyens, on se retrouve avant pour un brief salutaire pour moi (merci JujuR pour les conseils précieux de "par où on part et on revient", de "on met les chaussettes ou pas avant les chaussures sur le vélo avant de monter dessus (?!?!)", et merci JPP pour le talc, je ne me rappelais pas, mais c'est vrai que c'est doux dans les shoes). Merci également à Didier M pour le prêt de la trifonction du club, qui m’a permis d’être colorimétriquement identifié de loin.

And now, narration :

L'heure approche, tout va bien, on gonfle les vélos (Juju se moque, j’avais à peine 2 bars !), on entre dans le PAV, on s’échauffe un peu, on met la combi. et on descend tranquille vers la pièce d'eau des Suisses. Même pas peur, plutôt excité même à l'idée d'une baston dans l'eau pour partir dans les prem's ... Je perds les gars du club (tout le monde se ressemble avec une combi et un bonnet  !), mais je me jette à l’eau avec une jubilation qui s’avérera vite de l’inconscience ….: mentalement, j'étais redevenu "années 80", affuté et warrior parmi des mecs pas plus forts que moi et à défier ! Et c'est là où ça se gâte avec le cruel principe de réalité : physiquement j'ai changé de siècle ... Résultats: 20 m de bagarre où c’est toi le boss et personne ne te double, et 730 m de nage non-identifiée avec cardio en vrac, bras en bois, 3 litres d'eau pas très claire ingérés, limite la gerbe, et 500 mecs qui te marchent dessus. Faudra revoir la tactique mon garçon, un départ peinard vu de derrière, ça doit être beau aussi ...

17 :39 après, j'arrive quand même à m'extraire de l'eau en titubant un peu et avec une tête de noyé. Mais satisfaction de courte durée, pas moyen de m'extraire de la combi.! J'ai beau attraper le velcro malgré mes épaules nouées, il ne bouge pas, il est comme collé. J’arrive à ma position dans le parc à vélo, toujours impeccablement ceint de ma combi. Heureusement sont restés là les supporters du club (merci à eux), parmi lesquels Xavier qui me guide et m’encourage pour l’extraction, ainsi que Del’ qui me fait remarquer que si je n’arrive pas à fermer mon casque, c’est juste parce que je l’ai mis à l’envers … Bulles dans le cerveau, perte de lucidité, ça va passer ! Pour ma première transition de triathlon, 4 :09, soit presque un Top10 des temps les plus pourris : je crois que je peux gagner un peu là-dessus …

C’est parti sur le vélo, et je me sens plutôt bien (par rapport à la natation je veux dire, tout est relatif …). Je trouve ça rigolo de rouler sur un circuit fermé à la circulation, j’en profite pour balayer toute la route, vu qu’il n’y a pas trop de pelotons à joindre avec l’heure tardive. Je roule avec quelques rares gars de mon niveau, Claude posté à un endroit stratégique de l’endroit m’encourage et me donne quelques conseils, et puis on termine à trois avec Didier F. et Jean-Pierre M. sous les « allez Vélizy » des courageux spectateurs encore présents. Descente de vélo un peu étrange avec une chaussure sur le vélo et l’autre au pied, et malgré tout transition chronométrée à 1 :19, soit aussi bien que Speedy … Y’en a souvent des bugs de chrono dans les Tri ?!?

Et puis le dernier morceau, CAP que je fais tranquille, y’a pas grand monde derrière qui me pousse et ma cheville strappée après petite entorse le dimanche précédent ne me donne pas de gage de solidité … Episode surréaliste lors de mon premier passage au contrôle où je vois « le grand jeune de veltri dont je ne connais pas le nom » (il se reconnaitra) qui lui en est à son 2eme tour et qui revient sur ses pas pour échanger son tour de cou dont la couleur ne lui plait pas (discussion avec les filles sur « le bleu qui est plus joli que le rouge ») ! J’ai fini le parcours mort de rire en me repassant la scène, malgré un temps vraiment nul même pour moi qui ne vais pas naturellement vite en CAP et qui n’ai pas cherché à accélérer … Effet du bug précité sur la transition ? Je ne saurai jamais (et on s’en fout !).

Bilan :  

-       Une phase « je suis motivé !!! »

-       Une phase « je vais mourir »

-       Plusieurs phases « je rigole »

-       Une phase « au final je suis content quand même »

Plus un repas sympa le soir après l’effort,  tout va bien, y’a plus qu’à recommencer (mais faudra quand même s’entrainer un peu plus) !

@+

Christophe

 

AG 2014

 

Les photoshttps://www.dropbox.com/sh/alxf45b8fvaepl4/CA-ioF4rXf 

 

Quelques mots d'adhérents :

Cédric T. :

Hello les filles,

J'en profite pour remercier tous ceux et toutes celles qui ont organisé cette belle soirée!

Depuis bientot 20 ans dans ce club comme simple adhérent je suis toujours très reconnaissant et admiratif de ces bénévoles qui s'investissent sans limite pour que nous vivions notre passion dans les meilleures conditions.

Je n'en rajoute pas mais vraiment merci, soyons tous conscients d'être dans un club d'exception avec des membres d'une grande générosité !

En plus on a des champions et des championnes, royal!!!

MERCI!!!!

 

Sébastien B.

"À vélo comme en courant, que tu sois rapide comme un avion, ou lent comme un camion, et dans l'eau, tu sois à l'aise comme un triton ou terrifié comme un lion, viens découvrir ce qui nous anime tous dans ce club qu'est Vélizy triathlon ! Sébastieng"

 

Dans le cadre des animations organisées par la mairie de Vélizy à l'occasion du Téléthon 2013, notre club était chargé d'animer le Gymnase Richet de 12h à 13h. Pour celà, une poignée de joyeux lurons rejoint par les basketteurs accompagnèrent Claude pour une petite démo de RPM. 

         

Le mot du président : 

Un grand merci à tous ceux qui ont donné un peu de leur temps pour le téléthon

La présence du triathlon a été remarquée.

 

Voici le lien de notre reporter du jour Iron J.

https://picasaweb.google.com/116028235467886944129/20131207?authkey=Gv1sRgCLyX7NmD-9_XWA

 

Belle participation de Vélizy Triathlon à la Ronde de Vélizy!

 

Les images sont ici:

- version Flash

- version HTML

- les photos du Président

 

Sans oublier le CR de @ !!!

 

Superbe course de nos athlètes à Jablines, dernière étape du Championnat d'Ile de France de Triathlon, le week-end dernier.

Le compte rendu d'@robase Juju est sur son blog:

http://arobase-triathlon.blogspot.fr/2013/09/3eme-cross-triathlon-sprint-de-jablines.html

Nos efforts auront payé, car au bout du suspens, le Club de Vélizy Triathlon rapporte à la maison une exceptionnelle 3ème place par Equipe dans ce Championnat Régional. Une première dans la vie du Club, qui ouvre la perspective de participer plus tard aux Championnats Nationaux type D3/D2/D1.

Un grand bravo à nos 20 triathlètes classés qui auront montré fièrement et porté la trifonction du club bien haut …

Mentions spéciales à Juju@ pour sa superbe 4ème place au général en Sénior Hommes pour sa première année, à Virginie pour sa 8ème place en Sénior Femmes pour sa première année également et à notre trio d’enfer de Vétérans Hommes (Olivier, Stéphane et Gilles) qui , excusez du peu ramène ni plus ni moins qu’une première place au général des Vétérans par Equipe en terminant 2ème, 4ème et 5ème sur 556 triathlètes… Les résultats complets ici.

Que de belles promesses pour l’avenir, nos jeunes recrues ont su profiter de l’expérience des « vieux sages »… Une dynamique s’est créée, qui sait ce que nous réserve ces costauds l’année prochaine…

 

 

nice

Bonjour à tous, ce Dimanche 23 Juin 2013 a lieu l'IronMan de Nice, pour lequel 17 membres de notre club mouilleront le maillot. 

Pour tous ceux qui n'ont pas pu faire le déplacement pour aller les encourager de vive voix, je vous propose de suivre ici même un "Live" de cette course... En fonction du flux d'informations du chronométreur officiel, la progression de chacun de nos triathlètes sera mis à jour en temps réel...

2013-IMG 0608

 

Les photos d'Alix sont ici:

http://www.velizytriathlon.com/images/galleries/2013-05-18-triathlon-verneuil/

 

Le compte-rendu d'Air Juju:

Encore une très belle journée sous les couleurs de Vélizy. 

Vous êtes ici : Accueil Les Comptes-Rendus